Évangile de Luc

Luc a écrit deux livres, l'Évangile connu sous son nom et le Livre des Actes. (Voir Actes des Apôtres.) Son évangile est notre sujet aujourd’hui.

Il faut tout d'abord mentionner quelques mots sur l'homme qui nous aideront dans notre rapide survol de son livre, sujet de cet article. Luc est grec (son service de fête du 18 octobre l'appelle « la beauté des Antiochiens ». Peut-être était-il un Antiochien de Syrie) Il s'est converti au Christ vers l'an 43 après JC, lorsque Paul et Barnabas prêchaient à Antioche. Il accompagnait Paul et l'aidait dans son travail. C'était un homme instruit, il parlait couramment le grec parlé à l'époque et connaissait bien l'origine juive (ce qu'indiquent, par exemple, les citations qu'il a tirées de la Septante, son utilisation de titres grecs et le caractère sémitique qui le caractérise). prévaut dans les paroles de Jésus).

Luc a écrit son Évangile entre les années 80 et 90, présentant l'histoire de la foi et du salut d'une manière riche et élégante. Saint Ernée, évêque de Lyon (+202), a confirmé l'authenticité de l'attribution du Troisième Évangile à saint Luc, « le médecin bien-aimé », ami et compagnon de Paul (Colossiens 4 :14 ; Philémon 24 ; 2 Timothée 4 :11). , et personne ne s'est jamais opposé à cette opinion.

L'ouverture de l'Évangile (1, 1-4 ; voir aussi l'introduction des Actes des Apôtres) indique que Luc a adressé son livre à un être cher dans le Seigneur nommé Théophile - une méthode littéraire bien connue à son époque et qui était adopté par les écrivains grecs - et cela n'empêche pas de dire qu'il l'a adressé, par l'intermédiaire de Théophile, à tous les êtres chers au Seigneur, en particulier à ceux de culture grecque qui vivaient hors de Palestine. En écrivant son Évangile, Luc s'est appuyé sur des sources fiables, et l'Évangile de Marc est considéré comme l'une de ses principales sources (Colossiens 4 :11 et 14, Philémon 24 et 2 Timothée 4 :11 suggèrent que Luc connaissait Marc personnellement).

Luc se caractérise par un sentiment sensible et son Évangile a été appelé « Évangile de la miséricorde », parce qu’il y montre la tendresse de Dieu, en particulier envers les pauvres, les pécheurs, les femmes et les enfants qui souffraient à cette époque de formes de mépris. Peut-être que son accompagnement avec l'apôtre Paul l'a imprégné d'une mission apostolique basée sur le rappel aux proches et aux lointains de la nécessité de mémoriser la Parole de Dieu et de vivre selon ses exigences pour être de vrais membres de l'Église du Saint-Esprit.

Le dessein du Troisième Évangile est clair dans ses grandes lignes. Après l'introduction (1:1-2:52), nous voyons Jésus en Galilée annoncer - après une brève introduction (le message de Jean-Baptiste, le baptême et la tentation de Jésus) - son mystère pascal (3:1-9:50). ), et nous appelant à « le suivre » Le chemin de Jérusalem (9 :51-19 :27) où nous assisterons, à Jérusalem, à l'accomplissement de ce mystère à travers sa mort et sa résurrection (19 :28-24 :35) . Nous pouvons résumer davantage ce bref aperçu en disant que l'Évangile de Luc est un voyage à Jérusalem. C'est le chemin de la plus grande joie annoncée par le ciel et qui rayonne depuis le début jusqu'à la fin de l'Évangile, une joie qui réside dans la foi en Dieu qui, alors que nous étions pécheurs, nous a condescendus et aimés en pardonnant nos péchés et en nous accordant salut, et cela est évident chez chaque étudiant qui a pris sur lui de proclamer cette vérité salvatrice en tout temps et en tout lieu.

La principale préoccupation de Luc était de parler de la venue de païens comme lui pour croire en Jésus, qui est « le fils de l'homme, le fils de Dieu » (3 : 38), comme il l'explique dans une généalogie dans laquelle Jésus se révèle comme le celui qui vient ramener toute l'humanité à Dieu après avoir corrigé sa relation avec lui, car à travers lui le royaume a été ouvert à tous. En fait, son Évangile s'adresse à une Église (d'origine païenne) qui n'a pas encore pu - même si elle a accepté la grâce - déterminer sa position par rapport au monde juif. Nous voyons qu'elle a sombré dans de nombreux défauts : elle a perdu son élan apostolique initial en devenant tiède et en négligeant la prière, certains de ses membres la niaient et beaucoup d'entre eux se comportaient dans un esprit pharisien, méprisant les pécheurs et se comportant durement avec les pauvres et les pécheurs. . C'est ce qui fit que Luc présenta le Christ - et la prophétie avait cessé depuis longtemps - comme le nouveau prophète qu'attendaient les pauvres de Dieu en Palestine, et qui ne faisait pas de distinction dans son amour entre un juif et un païen.

Dans son Évangile, Luc utilise un vocabulaire particulier : il appelle Jésus « Kyrios » (qui signifie : Maître ou Seigneur), dont le pouvoir dépasse tous les seigneurs du monde - en particulier les empereurs - et ils ne sont rien devant Lui, et il l'appelle « le Sauveur » - un titre que son lecteur préfère à tout autre titre - qui « est venu chercher ce qui était perdu » (19, 10). Il ne fait aucun doute que son Évangile est l'un des Évangiles qui mettent le plus en valeur les étapes successives par lesquelles est passée l'histoire du salut (l'Ancien Testament, le temps de Jésus, le temps de l'Église et l'achèvement de tout dans les temps derniers). ), et c'est donc le plus prolifique d'entre eux annonçant l'immédiateté de ce salut, car tout est accompli avec Lui « aujourd'hui ». Parce que tout nous a été donné par Jésus, le Seigneur et Sauveur, dont le royaume à venir est présent dans le monde et en nous désormais.

Luc a illuminé le monde de lumière parce qu'il a diffusé « la gloire de Dieu », et les prières de son jour de fête montrent qu'il est capable de monter au ciel tous ceux qui obéissent aux paroles écrites de sa main, qui sont des ailes avec lesquelles il peut monter. « vers l’amour de Dieu ».

Mon bulletin paroissial
dimanche 12 octobre 1997
Numéro 41

fr_FRFrench
Retour en haut